La France occidentale LES CHÂSSIS de fenêtres du XVe au XVIIIe siècle

Informations légales

Arnaud TIERCELIN

Liens utiles

Plan du site

Contact


Baguette, petite moulure qu'on nomme aussi quelquefois chapelet, lorsqu'il est taillé. (A. F.)


Baguette : moulure demi-ronde destinée à cacher les joints (.). (L. J.)


Balcon : mot dérivé de l'italien balcone, avancé. C'est une saillie au-delà du nud d'un mur, portée sur des consoles ou sur des colonnes, et fermée par une balustrade de pierre ou de fer. On appelle aussi balcon la balustrade même de fer, composée de balustres plats ou ronds, ou de panneaux avec frises sous l'appui, et pilastres de fer aux encoignures. Les grands balcons sont ceux qui portent en saillie, et qui sont plus larges que les croisées ; et les petits ceux qui sont entre les tableaux des mêmes croisées, et qui servent d'appui. (A.-C. d'A.)


Baie : ouverture pratiquée dans un mur ou une charpente, pour y placer une porte, une fenêtre ou une lucarne. (L. J.)


Banquette : (.) la banquette est aussi le nom d'un petit appui de croisée de treize à quatorze pouces de haut, qui sert à s'asseoir, et sur lequel est posé un appui de fer. (A.-C. d'A.)


Barbe : (.) rallonger la barbe ; faire l'avancement de la barbe, c'est-à-dire le tracé de la largeur de la moulure sur les traverses à petit cadre pour en avoir les arasements. - Barbette. - Ebarber. (J. L.)


Barre : morceau de bois cloué en travers d'une porte, cloison ou partie pleine, pour maintenir les planches assemblées (.) (L. J.)


Bascule. Levier retenu dans son milieu par une goupille qui est rivée sur une platine, et qui porte à ses deux bouts deux verges de fer. Ces deux verges répondent par en-haut et par en-bas à deux verrous ; et quand, au moyen d'un bouton, l'on hausse ou l'on baisse un des bouts du levier, les deux verrous s'ouvrent ou se ferment à la fois. (D. du M.)


Bâti : assemblage de montants et traverses pour recevoir portes, châssis ou autres parties de meubles de menuiserie ou de charpenterie. - Bâti assemblé à queue d'aronde, à moitié bois, à enfourchement, à tenons et mortaises. - Les bâtis sont généralement composés de montants et traverses dans lesquels sont poussés des rainures pour recevoir des panneaux ou des grands cadres. - Bâtis de lambris. - bâtis de parquets. - Bâtis dormants. - Bâtis de portes, etc. (L. J.)


Battans, dans les portes ou fenestres de menuiserie, ce sont les maistresses pieces d'assemblage des costez où sont les ferrures. (A. F.)


Battans : ce sont dans les portes et les croisées de menuiserie, les principales pièces de bois en hauteur, où s'assemblent les traverses. (A.-C. d'A.)


Battant d'un loquet, est un morceau de fer attaché par un bout à la porte au moyen d'un clou, et qui par l'autre bout s'engage dans un mentonnet. Lorsque la porte est fermée, il faut le soulever pour ouvrir la porte. (D. du M.)


Battant : Pièce de bois ou montant d'un bâti dans lequel sont pratiquées une ou plusieurs mortaises destinées à recevoir les tenons des traverses, même alors que celles-ci seraient plus longues que les battants. - Battant assemblé à chapeau, lorsque ce battant a un tenon d'un bout et une mortaise dans la traverse (.). (L. J.)


Battement : tringle de bois, ou barre de fer plat, qui cache l'endroit où les ventaux d'une porte de bois ou de fer se joignent. (A.-C. d'A.)


Battement : moulure employée pour dissimuler le joint et la feuillure, et posée ou embrevée dans les battants du milieu d'une porte ou autres ouvrages ouvrants. (L. J.)


Blanchir : dégrossir une planche avec la demi-varlope ou riflard. - Raboter une planche pour enlever le sciage ou les inégalités. (L. J.)


Bornes. Les vitriers appellent ainsi certaines pieces de verres qui entrent dans des panneaux de Vitres. Il y en a de diverses sortes. (A. F.)


Bornes de vitre : pieces de verre hexagones-barlongues, qui entrent dans les compartiments des vitres. Les unes sont debout ; les autres couchées, et les troisième accouplées. (A.-C. d'A.)


Boudin, il y a des ouvriers qui nomment ainsi le tore de la base d'une colonne. (A. F.)


Boudin : moulure dont le profil est formé d'un quart de cercle ou d'un quart d'ovale que l'on trace à la main. Souvent le boudin est accompagné d'une baguette. Dans ce cas on dit boudin à baguette. (L. J.)


Bouëment est une maniere d'assemblage dont se servent les menuisiers. Ils disent Abouëment, au lieu de Bouëment, comme les charpentiers disent Abouts au lieu de Bouts. (A. F.)


Braser, c'est joindre deux pièces de fer l'une contre l'autre, et les faire tenir avec de la soudure. (A. F.)


Broche. Chevilles de fer ordinairement menues et plus ou moins longues. Elles servent dans la serrurerie à plusieurs usages, et principalement pour retenir et assujettir plusieurs pieces les unes avec les autres. (D. du M.)

B